Le tour du Pacifique en 80 pas !

02/05/2017
ENDEMIX

En 2017, la compagnie Troc en Jambes s’apprête à prendre la route avec un nouveau spectacle. Pour être tout à fait exact, elle va plutôt voyager dans les airs car, avec le Tour du Pacifique en 80 Pas, Véronique Nave et Gauthier Rigoulot proposent un périple en montgolfière au-dessus du Pacifique, atterrissant çà et là pour découvrir les danses traditionnelles. Comme tout spectacle jeune public bien construit, il offre plusieurs niveaux de lecture, interrogeant le spectateur sur la notion de danse elle-même. 

Derrière un synopsis assez simple, inspiré du Tour du Monde en 80 Jours et de 80 Jours en Ballon de Jules Verne, mais aussi du film d’animation Là-Haut, Troc en Jambes embarque le public à Tahiti, Wallis, Fidji, en Nouvelle-Zélande et en Nouvelle-Calédonie. À chaque descente de montgolfière, les deux choréologues, spécialistes de l’écriture chorégraphique, interprètent une première version de danse traditionnelle avant de la réadapter dans un langage contemporain. Le tamure tahitien se transforme ainsi en une danse comique de fesses, l’esthétique fidjienne se mue en un body rhythm entraînant et le haka maori frôle la battle hip-hop. 

Pédagogique et ludique, cette nouvelle création des deux danseurs rodés au spectacle jeune public (plus de 70 dates avec 1, 2, 3, Dansez !) offre une pièce délicate et poétique qui s’apprécie comme une fresque dansée du Pacifique. Mais elle pose aussi des questions plus avancées sur la préservation de ces danses transmises de génération en génération : comment les écrire pour en conserver l’essence patrimoniale ? Comment les intégrer dans un corpus chorégraphique contemporain, sans les dénaturer ni les caricaturer ? C’est un pari qui semble réussi de la part des artistes qui restent ouverts à la discussion après leurs performances, conscients qu’elles pourraient soulever bien des remarques de la part des communautés représentées. 

Où et quand

Le Tour du Pacifique en 80 Pas, à partir de 5 ans

> Le 5 mai au centre culturel du Mont-Dore

> Du 14 au 18 juin au centre d’Art de Nouméa

> Le 25 août au dock socioculturel de Païta 

> Le 3 octobre au centre culturel de La Foa

Texte : Claire Thiebaut / 2017

 

Ajouter un commentaire