Jamhai

02/05/2017
ENDEMIX

Le groupe Jamhai s’est réuni entre Témala-Ouélisse et Hwaago dans la Chaîne centrale, pour Yha tuut hoot ! (« Il faut se mettre debout » en nemi), premier album dense de douze titres, aux multiples facettes. L’influence des grands frères de Vamaley et Bwanjep est notable, notamment du côté des guitares électriques comme sur le morceau inaugural « Caget Tuut ». La participation d’Eugène Vahenaitidjite, guitariste de Vamaley, n’y est peut-être pas étrangère.

Si les percussions traditionnelles (bambous, bwanjep...) forment la trame rythmique de l’ensemble des morceaux (dont un vibrant aé-aé en acoustique pour clore les réjouissances), claviers et lignes de basses concourent à un « métissage » probant avec des colorations jazzy (ainsi de « Pwiwiik », ode pleine de vie au notou). C’est sur une pulsation reggae que « Suicide » délivre un message bouleversant : « Tu devais m’enterrer, pas le contraire, mettre fin à ta vie tu as choisi... ». « Ni Mulip » déploie une des mélodies les plus entêtantes de l’album, portée par son rythme vif et un chant constamment relayé par le chœur en arrière-plan. Citons encore l’hymne « Kanaky-NC » parmi les pépites de l’album. Malgré un chant lead qui gagnerait parfois à être affiné, Jamhai relève le défi d’un premier album tout à la fois hommage et trait d’union(s)...

Texte : Sylvain Derne / 2017

Retrouvez toutes les critiques musique d'Endemix#18 en ligne

Ajouter un commentaire